You are currently browsing genested’s articles.

imageSamedi 6 juin la confédération européenne des syndicats (CES) a présenté un premier point d’étape de son projet de mise en œuvre de la transition juste, en coopération avec les syndicats nationaux.

Intitulé « Régions industrielles et politiques climatiques », ce projet propose un programme d’actions ambitieux en faveur de l’atténuation des effets du changement climatique, c’est-à-dire vers la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES), inscrit dans le cadre du scénario du GIEC de maintien du réchauffement climatique sous la barre des 2°C, mais en assorti d’un véritable agenda social.

Lire la suite »

Jeudi 4 juin, l’OIT a exposé sa conception d’un bon accord pour la COP 21 à Paris. Paul Watkinson, le négociateur français assistait à cette réunion. L’OIT a rappelé le cadre, selon elle, dans lequel devait s’engager la transition des économies mondiales. Adoptée par les gouvernements, les travailleurs et les employeurs, la transition juste pour tous est un véritable défi à relever pour construire un nouveau modèle de développement. L’OIT a identifié un certain nombre de secteurs clés :  Lire la suite »

imageLe secrétaire général de la conférence, Pierre-Henri GUIGNARD, a présenté aux délégués réunis à Bonn pour la 42ème session technique intermédiaire, appelée SBI 42. Cette présentation est simplement technique et ne concerne pas les négociations sur le contenu de l’accord final ni les contributions par pays (Cf. Articles précédents).

Le gouvernement français semble vouloir mettre les petits plats dans les grands : 160.000 m2 sont prévus au Bourget et une démarche développement durable avec certification ISO 20121 est le fil conducteur du projet. C’est un label qui propose aux organisateurs d’événements un système de gestion officiellement respectueux des trois piliers du développement durable. Mais en réalité, lorsque l’on se penche sur le contenu de cette certification, on peut constater que le volet social est encore le parent pauvre.

Lire la suite »

imagePPLes négociations préparatoires à la conférence climat de Paris 2015 (COP21) sont en marche. C’est dans ce processus que la 42ème session technique intermédiaire de la convention cadre des nations unies sur le changement climatique, appelée SBI 42, s’est ouverte lundi 1er juin à Bonn en présence de Laurent Fabius, qui va présider la COP 21. La confédération syndicale internationale (CSI) y est présente depuis le début. La CGT participe, dans la délégation de la CSI, depuis le 4 après-midi.

Si les 195 pays s’entendent sur l’objectif global de contenir le réchauffement climatique sous la barre des 2°C, comme le prône le GIEC, il n’en demeure pas moins que les discussions actuelles sont particulièrement âpres. En effet, chacun des États est pétrifié à l’idée de reproduire l’échec de Copenhague en 2009. Mais, comme le souligne Pierre Radanne dans son article du Monde du 3 juin, la lutte contre le changement climatique est maintenant devenue « une question à solidarité obligatoire » parce que le climat de chaque pays est impacté par la politique climatique des autres.

Lire la suite »

ronan dantecRonan DANTEC est sénateur et conseiller municipal de Nantes. Il est aussi le porte-parole « climat » du CGLU (cités et gouvernements locaux unis), l’un des 9 groupes majeurs identifiés par l’ONU dans les discussions sur le changement climatique.

(Propos recueillis par Marie-Christine NAILLOD et Fabienne CRU-MONTBLANC)

CGT : Pourriez-vous développer votre intervention sur le fait que la question climatique ne serait pas tant une question technique que financière ?

Ronan Dantec : Globalement, on a des réponses au changement climatique, on les a même déjà expérimentées. On connaît aussi les enjeux, à savoir réduire de 40% les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030. La question qui est posée est leur rythme de mise en œuvre et les moyens à mobiliser pour y parvenir. Cependant, ces éléments sont assez peu présents dans le discours de la France, car on est convaincu que les décisions sur la création des différents fonds « climat » correspondent aux moyens financiers nécessaires pour atteindre les objectifs de développement durable. Se pose alors la question des modèles financiers qui pourraient permettre d’accélérer l’action.
Il y a un risque que le fonds vert soit alimenté avec des fonds originellement destinés à l’aide publique au développement (APD). Mais si on prend un peu de recul, on constate que l’APD – qui devait représenter 0,7% du revenu national brut (RNB) – atteint aujourd’hui environ 0,3% du RNB des Etats (0,46% pour la France). Or, les pays en développement ne pourront supporter une nouvelle baisse de l’APD. En fait, le financement du fonds vert pourrait représenter la capacité de remonter l’APD à 0,7%. Lire la suite »

Ce 12 décembre, au moment où la CGT quitte Lima, le bilan de la COP est plutôt maigre. En effet, si de plus en plus de pays soutiennent, voire même portent l’inclusion dans le texte final de la COP 20 et dans celui sur les éléments de la négociation vers Paris, la transition juste et le travail, ces deux exigences du monde syndical n’y figurent toujours pas.

Lire la suite »

Pour le CES européen :

  • Ulla SIRKEINEN, groupe des employeurs, Confédération des industries finlandaises
  • Isabel CAÑO AGUILAR, groupe des travailleurs, UGT Espagne
  • Jean-François BENCE, directeur des relations extérieures du CES européen

Pour les syndicats :

  • Anabella ROSEMBERG, responsable du développement durable à la CSI
  • Simona FABIANI, CGIL, Italie
  • Fabienne CRU-MONTBLANC, présidente du groupe CGT au CESE français
  • Marie-Christine NAILLOD, conseillère confédérale CGT, en charge de l’Amérique latine et de la coopération au développement

Anabella ROSEMBERG (CSI) : Le climat va impacter tous les secteurs d’activité et, si les États restent dans l’inaction actuelle, les risques pour l’emploi sont importants. Il faut que les États prennent une responsabilité forte à tous les niveaux et se donnent les moyens de réduire les émissions de GES dans nos économies. Cela demande des moyens et des investissements supplémentaires pour les pays en développement pour leur permettre de réduire leur empreinte carbone.

Lire la suite »

IMG_1161[1]Pendant quatre jours, les mouvements associatifs et syndicaux se sont rassemblés au parc des expositions de Lima afin de débattre de leur approche du changement climatique, très éloignée de celle des gouvernements réunis à la COP 20. La diversité constitue l’une des richesses de ce sommet des peuples.

Ainsi, le 9 décembre, la CSI organisait différents débats, l’un sur les industries durables et les énergies renouvelables en Allemagne, un second sur l’action des organisations panaméricaines en matière de changement climatique, un dernier sur les enseignements de la manifestation new yorkaise pour des engagements forts en matière de changement climatique.

Lire la suite »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Aujourd’hui, plus de 20.000 personnes ont défilé à Lima pour porter leurs exigences autour des enjeux climatiques. C’est un véritable succès en termes de mobilisation : il s’agissait de la manifestation la plus importante dans cette ville depuis 2010 !

Les organisations syndicales ont défilé en tête d’un cortège très coloré, avec comme mot d’ordre sur la banderole de la CSI : travail décent et justice climatique. Des milliers de travailleurs péruviens, des trois confédérations, CATP, CGT

P et CUT, ont défilé avec leurs revendications pour de meilleures conditions de travail, de meilleurs salaires et plus de droits sociaux. Mais, ils portaient aussi la question de la protection de leurs terres, traduisant ainsi le lien entre justice sociale et justice climatique. Le cortège rassemblait également les militants des ONG environnementales, de droits humains et des droits des femmes, ainsi que de nombreux représentants des peuples indigènes. Lire la suite »

Dans le cadre du Sommet des peuples – organisé par les mouvements associatifs en marge de la COP 20 – la Confédération syndicale des Amériques (CSA) a tenu une table ronde pour présenter la Plateforme de développement des Amériques (PLADA). Ivan Gonzalez, secrétaire de la CSA chargé des droits humains et syndicaux, était à la manœuvre.

Photo Ivan GonzalezIl a commencé par indiquer que la PLADA était le résultat d’un travail de plusieurs années, avec les affiliés de la CSA dans les Amériques, mais aussi avec des organisations non-affiliées, des mouvements associatifs, de femmes, de jeunes, de peuples indigènes. L’objectif a été véritablement d’en faire un instrument large, consensuel mais résolu, pour le développement du continent. Il a aussi souligné que des chefs d’Etat et de gouvernement d’Amérique latine portent aujourd’hui le document. C’est ainsi le cas pour le Brésil ou le Chili par exemple.

Lire la suite »

août 2015
L Ma Me J V S D
« juin    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Catégories

Twitter

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.