You are currently browsing genested’s articles.

La confédération syndicale internationale réunie à Berlin pour son 3ème congrès a lancé mardi unions4climate22 mai sa campagne « les syndicats pour le climat ». Elle marque l’engagement syndical pour une véritable stratégie vers cette transition juste, intégrant à égalité enjeux économiques, protection de la planète, développement des droits humains et sociaux. C’est cette transition juste vers une économie bas carbone que le monde syndical uni avait réussi à introduire dans les textes de l’ONU à Cancun, en 2010.

photo sur le lien https://www.flickr.com/photos/ituc/14256278323/in/set-72157644774595805

Pour y parvenir, il reste donc à gagner la prise en compte à hauteur égale des conventions de l’OIT comme de l’OMC, tout en poussant les Etats à bâtir une organisation mondiale de l’environnement, dont les conventions constitueraient le troisième pilier du triptyque permettant de changer de paradigme pour aller vers une autre répartition des richesses produites par les travailleurs. C’est le sens du concept de développement humain durable que porte la CGT depuis plus de 15 ans maintenant, plaçant ainsi l’humain au centre des enjeux de développement. Elle en a d’ailleurs fait le cadre de référence de sa politique revendicative.

La COP 21 aura lieu à Paris en 2015. L’enjeu est d’en sortir avec un accord de haut niveau pour les travailleurs et les populations. Les ONG et les organisations syndicales françaises ont commencé à préparer cette conférence ensemble pour que le travail décent et les droits sociaux individuels et collectifs ne soient pas les grands absents de cet accord que les Etats, poussés par les entreprises multinationales, veulent réduire au plus petit dénominateur commun, sans jamais questionner le modèle économique. Lire la suite »

Mardi 18 février 2014, les ministres des Affaires Etrangères, du Développement et de l’Ecologie ont présenté aux organisations de la société civile leur conception et les enjeux de la présidence de la COP 21.

M. Fabius a présenté « l’état d’esprit de la France » qui tient en 3 points : être offensif, avoir une démarche collective et être positif. Il a affirmé que la France cherchait bien « un accord ambitieux pour la COP21, c’est-à-dire un accord qui soit contraignant, universel, différencié, avec des règles de suivi et des engagements chiffrés ». Pour ce faire, le gouvernement a engagé des discussions bilatérales avec les différents états mobilisés sur la COP, ceux qu’il appelle « les victimes » comme les émergents, et cherche à proposer un texte commun Afrique et Union Européenne.

Toutefois, les trois ministres présentent très positivement la proposition de la Commission Européenne sur le prochain paquet énergie-climat 2030, avec comme argument principal que sa validation par les états membres et le parlement européen confèrerait à l’UE le leadership international sur les questions climatiques. Ceci est nettement contestable car, au vu du projet actuel, l’UE aurait certes un accord, mais qui serait inférieur au précédent et ne permettrait pas d’atteindre les différents objectifs qu’elle s’était fixée : réduction de 20% des émissions de GES, 20% d’énergies renouvelables et réduction de 20% de la consommation d’énergie, tout ceci à l’horizon 2020. Est-ce là le signal positif attendu par les autres pays, notamment ceux qui pâtissent des conséquences du changement climatique ?

D’ailleurs, le Conseil National de la Transition Ecologique du 6 février 2014 a reçu froidement ce projet de paquet énergie-climat 2030, où plusieurs organisations, dont le RAC et la CGT, ont livré une argumentation nettement plus réaliste. Lire la suite »

Les ministres français des Affaires Etrangères et du Développement ont proposé une réunion à l’ensemble des ONG françaises, syndicats inclus, pour préparer la COP de Paris en 2015, ce vendredi 22 novembre.

Considérant l’action unitaire de jeudi 21 novembre et le refus inacceptable des représentants français à Varsovie de recevoir la CGT avant et pendant la COP, la CGT a décidé, en accord avec la Confédération Syndicale Internationale et par respect pour la plateforme commune aux ONG et aux syndicats, de décliner l’invitation somme toute tardive de Messieurs Fabius et Canfin.

Cliquer sur le lien pour accéder au courrier envoyé aux deux ministres : CGT CoP 19 courrier Ministres

L’action collective d’aujourd’hui, jeudi 21 novembre, est une véritable réussite pour le monde syndical et associatif. Elle a marqué la COP de Varsovie de son empreinte : les représentants des peuples retrouvent enfin un écho auprès des dirigeants et des gouvernements.

En effet, ce sont plus de 800 délégués qui ont quitté ensemble la COP19 avec deux slogans accrochés sur leur tee-shirt blanc : « Polluters talk, we walk ! » -ce qui signifie « les pollueurs discutent, nous marchons !- et « We’ll be back ! », sous-entendu "nous reviendrons à Lima pour la COP20".

Les manifestants se sont ensuite retrouvés dans les locaux, malheureusement trop petits, des associations environnementales polonaises pour débattre ensemble des suites à donner au mouvement.

L’album photo de la journée :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

imageLes organisations de la société civile, c’est-à-dire les organisations syndicales et les associations environnementales et de développement, les mouvements de jeunesse et les femmes, ont décidé de quitter ensemble la COP19 de Varsovie. Pourtant très attachées au processus international de négociation sur le climat, elles considèrent que la limite de l’indécence est atteinte par les gouvernements.

La pression des entreprises multinationales avant et pendant cette COP sur les gouvernements et leur oreille bienveillante nous conduisent droit dans le mur. Les propositions à la sortie des négociations techniques de la première semaine comme celles posées sur la table des négociations de la semaine de haut niveau –avec l’entrée en jeu des ministres- sont même inférieures à l’accord signé à Cancun et à la plateforme de Durban !

à lire le communiqué de presse de la CSI sur le site : http://www.ituc-csi.org/

Lire la suite »

IMG_0769[1]En faisant une conférence de presse commune, les six ONG majeures, Greenpeace, Oxfam, WWF, les Amis de la Terre, Action Aid et Christian Aid, et la Confédération Syndicale Internationale (CSI), décident d’interpeller ensemble les gouvernements présents à la COP, sur le thème « Varsovie doit répondre à l’urgence planétaire ». Dans le même temps, le Ministre de l’environnement français, M. MARTIN, reste sourd aux sollicitations de la CGT.

S’appuyant sur les rapports du Groupe Intergouvernemental sur  l’Evolution du Climat (GIEC ou IPCC en anglais), ces 7 organisations rappellent que les impacts climatiques affectent déjà des millions de personnes à travers le monde. Le changement climatique est bien réel et progresse à un rythme alarmant. Lire la suite »

IndustriALL Global Union, la fédération syndicale mondiale des travailleurs de l’industrie, a invité, jeudi 19 novembre 2013, les organisations syndicales affiliées à la CSI et présentes à la COP, à échanger autour de la transition juste et la soutenabilité.

Plus de 30 participants à l'initiative d'IndustriALL

Plus de 30 participants à l’initiative d’IndustriALL

La définition de la transition juste retenue par IndustriALL est celle de la CSI, à savoir la rencontre entre la réponse aux besoins actuels sans pour autant compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. Pour y arriver, cela nécessite d’intégrer les trois piliers fondamentaux que ce sont le social, l’environnemental et l’économique. Une politique industrielle durable passe donc par l’élaboration d’un plan stratégique de mise en œuvre des projets de développement industriel porteurs de croissance, en identifiant des cibles et des secteurs spécifiques. Lire la suite »

La Confédération Européenne des Syndicats (CES) s’est dite hier très préoccupée par la proposition de texte présentée par l’Union Européenne dans le contexte des discussions sur les mesures de riposte et notamment l’absence d’une référence claire à la transition juste, telle que définie par l’accord de Cancun lors de la COP17. Bernadette SEGOL, la secrétaire générale de la CES, a décidé d’envoyer un courrier à la Commissaire européenne à l’action pour le climat, Mme Connie Hedegaard, en ce sens, bâti en lien avec les affiliés présents à Varsovie et rappelant ce qu’est la transition juste pour les organisations syndicales.

Délégation de la CES à Varsovie

Délégation de la CES à Varsovie

Ce courrier appelle également l’UE à peser de tout son poids pour que la transition juste et le travail décent soient intégrés dans le texte technique qui traite des « mesures de riposte » et qui est actuellement en discussion à Varsovie. Le mouvement syndical considère que, si l’on veut inscrire les COP19, COP20 (à Lima) et COP21 (à Paris) dans un processus de négociations qui permette d’aboutir à un accord satisfaisant, des jalons doivent être d’ores et déjà posés.

Or, à l’heure actuelle, ni le devenir des salariés et de leur famille ni les conséquences du changement climatique ni la préservation des ressources naturelles ne semblent être au cœur des discussions entre les états !

IMG_0755[1]Le 18 novembre 2013, la Confédération syndicale internationale organisait  une rencontre entre syndicats et associations de jeunes venus des cinq continents. Comme le déplore l’Organisation Internationale du Travail (OIT), le monde doit faire face à une aggravation de la crise de l’emploi des jeunes. Leur risque de se retrouver au chômage est trois fois supérieur à celui des adultes et près de 73 millions de jeunes –soit l’équivalent de la population française en 2040- sont à la recherche d’un travail. Cependant, la mise en garde de l’OIT « contre le «traumatisme» de jeunes travailleurs confrontés à un dangereux mélange de chômage élevé, d’inactivité et de travail précaire accrus dans les pays développés, ainsi qu’à une multiplication des travailleurs pauvres dans les pays en développement » ne peut suffire à la CGT. Lire la suite »

IMG_0721Samedi 16 novembre, la Confédération syndicale internationale (CSI) et IndustriAll, Fédération européenne des salariés de l’industrie, ont organisé avec Sustainlabour une rencontre entre syndicalistes et scientifiques qui a suscité un grand intérêt et de nombreuses discussions dans la délégation syndicale. Le professeur Michiel Schaeffer, qui participe aux travaux du GIEC, ainsi que Madame Merlyn VanVoore du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), ont exposé à la délégation le résultat des derniers travaux scientifiques sur le réchauffement climatique.

Il s’agissait pour ces scientifiques d’exposer l’urgence de la situation climatique actuelle, de montrer en quoi les humains et leurs activités influent sur le climat et, inversement, quelles conséquences le changement climatique peut avoir sur l’activité humaine.

Pour la CSI et IndustriAll, l’heure n’est plus aux hésitations. Lire la suite »

septembre 2014
L Ma Me J V S D
« mai    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Catégories

Twitter

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.